Mystery and murder in Montesquieu

MYSTERY AND MURDER IN MONTESQUIEU

Pendant le confinement les élèves de la 4ème 1 et de la 4ème 4 ont travaillé sur un projet commun d’écriture de nouvelles policières en anglais.

Les deux classes ont été divisées en 7 groupes de 4 à 5 élèves et chaque groupe de la 4ème 1 travaillait en collaboration avec un groupe de la 4ème 4. Les histoires ont été écrites de manière interactive, chaque groupe illustrant la partie écrite par ses partenaires dans l’autre classe avant d’écrire la suite. Ainsi, le projet a mobilisé à la fois des compétences de compréhension écrite, d’expression écrite et d’expression artistique.

Les sept histoires ont été réunies dans un livre numérique.

Seven stories of mystery and murder

Territoire du dessin

TERRITOIRE DU DESSIN

Durant 5 jours, les 18 classes du collège se sont succédées dans la salle d'arts plastiques pour créer une œuvre monumentale et collective.
Le sol entièrement recouvert de papier blanc a été investi par les élèves qui devaient tour à tour créer leur territoire (5e5, 4e4, 4e2, 3e3), l'envahir (5e3, 4e1, 6e2), le transformer (5e4, 4e3, 6e5, 6e4, 5e2, 6e3, 5e1) et enfin s'en échapper (3e2, 6e1, 3e1, 3e4).
Cette oeuvre éphémère sans cesse en évolution a permis aux élèves de travailler de manière collective, qu'ils se soient réunis en petit groupe ou qu'ils aient réussi à mener un projet avec toute la classe.
En modifiant l'espace de la salle, ils ont pu créer dans des conditions inédites : assis ou allongés au sol, en déplacement, en imaginant des dessins s'étendant sur plusieurs mètres...


 
Expérience éphémère
Texte de Titouan Godefroy, 5e3

 
Arrivé juste devant le sas d'entrée, je me suis préparé à entrer dans la 4ème dimension grâce au portail spatio temporel qui fait office de porte. Une fois que j'ai franchi ce portail, je rentre dans un nouvel univers.
Comme il faut envahir le territoire, je change mes stylos et place mes armées de crayons en rang de bataille. L'invasion commence : nous perçons les murailles de feutres qui défendent les fiefs des ennemis, nous construisons les forts offensifs et creusont les tranchées que nous fortifions immédiatement, nous créons des pièges pour les futurs envahisseurs. Nos alliés sabotent les défenses et d'autres percent les lignes adverses. Les ennemis ne savent plus s'échapper et nous perçons les dernières défenses. La fin de la bataille approche, nous sommes fatigués mais le territoire encore plus.
La bataille prend fin, nous rangeons nos stylos et feutres, sortons du territoire par le portail spatio-temporel et rentrons dans nos royaumes respectifs : la SVT, l'Histoire, les Mathématiques...
Je vous remercie Mme Freytet d'avoir organisé cette oeuvre éphémère.


 
L'oeuvre collective conquérante
Extrait du texte de Mattéo Cocquerez, 5e1

 
Pendant la période du territoire du dessin, nous avons travaillé tous ensemble (la 5e1) pendant une séance complète.
Dans notre oeuvre collective nous avons travaillé différemment d'une séance classique. Nous étions assis sur le territoire. Notre mission était de transformer le territoire. Nous étions organisés de façon à ce que chaque élève de la classe ait un espace et que la totalité des espaces forme "5e1". J'ai adoré cette séance qui nous a permis de découvrir plusieurs types d'oeuvres différentes et de réaliser tous ensemble une oeuvre collective. Notre dessin gigantesque a envahi la salle d'arts plastiques et était très visible.


 
L'expérience du territoire du dessin
Extrait du texte de Maya Abdat, 5e5

 
Tous les élèves ont laissé leur dessin ou leur trace. Quand il n'y avait plus de place, certains ont choisi la sculpture, d'autres sont partis vers le découpage pour libérer la place mais à chaque fois nous avons été surpris de la créativité des autres classes. Au final c'est un merveilleux projet car chacun a mis du sien et a participé pour laisser sa marque sur le territoire du dessin.




«